La peinture est avant tout un travail de recherche sur la lumière et la couleur, il s’agit d’une quête permanente, la volonté de transmettre la sensibilité du monde naturel.

 

De la même manière que Turner, Corot ou Boudin, cette peinture ne tant pas à une simple représentation purement figurative du réel mais à la traduction d’un instant à travers un moment particulier. Ainsi ce travail cherche à transcrire d’après l’esquisse une touche de rapidité́. C’est une impression de sensation lumineuse qui passe à travers la palette. Les éléments du sujet fragiles et éphémères portent en eux une forme de rêve, de souvenir d’un sentiment qui s’exprime à frontière entre figuration et abstraction.

Suivant la réflexion d’Odilon Redon sur la peinture, il défini l’avenir de son art dans une dimension supérieure à la nature. Non pas la rendre à l’abstraction ou la non figuration mais la laisser s’épanouir dans le rêve.

 

En effet, si la peinture, d’après la nature, permet de rendre la beauté sensible d’un paysage, elle se limite à l’espace fini, limité de la matière et ne fait que se répéter. Le rêve permet de réveiller un monde sensible, puisant son inspiration dans l’odyssée infinie de l’esprit. La pensée permet à la création artistique de se libérer de la contrainte physique de la matière. Elle est une interprétation abstraite, inconsciente du monde par le rêve afin de l’imaginer et le fantasmer. Il s’agit en quelque sorte de dématérialiser la pensée pour lui  rendre sa liberté. L’art devient alors une manifestation de l’esprit, il représente notre conscience du monde à travers les sentiments de l’âme.

© 2023 by Peter Collins. Proudly created with Wix.com